Nuit d’encre, nuit muette

Nuit d’encre, nuit muette ;
Parfum de rocambole ;
À l’amble d’une haquenée ;
J’erre en ce grimoire ;

Effleurement de noctuelle ;
En cette heure de bitume ;
Ébaubie ;
Guettant la clarté livide d’un éclair.

Grasseye, sous le vol de l’hobereau ;
Mollesse écœurante de la poix ;
Lueur neigeuse du salpêtre ;
Corpuscule dans le ciel infini, je prends mon envol.

%d blogueurs aiment cette page :