Tain violet du souvenir

Tain violet du souvenir ;
Étonnement du chagrin
Comme gibbosité outrecuidante ;
Madré comme vent de feu ;

Glisse notre yole
Sur la glauque salicorne ;
S’écoule le sang fatigué
De nos regrets occis.

Juchée sur la muraille
Je sonne l’hallali…
Curée sur l’inique ;
Vive le niquedouille !

%d blogueurs aiment cette page :