Bruit moiré

Bruit moiré d’un matin tranquille,
Remugle d’abandon.
Baume poivré,
Le néant m’observe.

L’estacade tait son reflux,
Siffle un vent ironique,
Tire-laine d’un espoir enfantin ;
Le brouillard s’ébroue.

Tombe la pluie,
Flaques de rouille végétale
Luisant comme lunes déchues,
Je me rendors au son du sistre.

%d blogueurs aiment cette page :