Naphte incandescence

Naphte incandescence…
Au fournil du cœur,
La pâte pétrie de l’esprit
Trouve quelqu’un à haïr ;

Blanche gelée poudre les ombres,
Amour en déshérence,
Lumière butyreuse
D’une nostalgie anatife ;

Sur l’iridescente promesse
de rapines vagabondes ;
C’est l’au revoir venteux
À un estran aveugle.

Publié par Frédérique Torrès

Comédienne et Metteur en Scène professionnelle. Écriture : Plusieurs adaptations théâtrales à son actif.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :