Centurions maussades

Centurions maussades
D’une aube ténébreuse,
Visage machuré
D’un ineffable battement ;

Noosphérique homélie
Du grand ordonnancement ;
Au temps pour moi…
Cordes sympathiques

Pourfendent le silence,
Trochaïque recension,
Salvateur Duodénum
D’un gidouillant éponyme.

Innocente rodomontade

Innocente rodomontade ;
Raucité d’aède
Exsude la mélancolie
D’une erratique tumescence ;

S’attardent d’évanescents nuages ;
Impavide duègne
Dans la chétive lumière,
Petit cercle de honte,

Laiteuse fluorescence
Absorbe les nuances,
Exhorte à la témérité
Un solipsisme frivole.

Susurrement mousseux

Susurrement mousseux
Soupir mouillé
Lasses dissonances
D’une élusive mémoire ;

Pincée de cendre amère
Sur ces murmures rageurs ;
Thuriféraire prophylaxie
D’obérantes présomptions ;

Célérité d’un éclat
En la verte voussure ;
Cuticule tourneboulée
D’un éther ébrasé.

S’égrène le dernier Angélus

S’égrène le dernier Angélus,
Lumière tremblée sur l’horizon,
Eaux noircies par un soleil plongeant,
Horion d’une promesse non tenue ;

Inclémence adamantine
D’un été avorté,
Tergiversations picrocholines
D’un abstrus tohu-bohu ;

Buissons échevelés s’agitent,
Que voici les lutins sybarites,
Ferblantiers de contre-bourgeons ;
S’estompe le méphitique fortin.

Rêve vernaculaire

Rêve vernaculaire ;
Caustique exécration
Frange d’argent
L’ionosphérique dais ;

Sagace exophtalmie
Déroule d’ondulants solénoïdes ;
Hégémonique revendication
De déroutantes constellations ;

Cillement de paupières,
Râles catarrheux
D’une Némésis
Agitant la chimère.

Affouillement belliciste

Affouillement belliciste,
Synapses rougeoyants,
Pulvérulentes obsessions
En un éthernel dérisoire ;

Humide étincelle,
Magnitude de nos candeurs ;
Douceur des byrophytes,
Ravie au Sempiternel ;

Émollientes balivernes,
À l’hyrcimorphe vespéral ;
Luminescente mansuétude,
Dans un iris de cénote.

Radicelle furtive

Radicelle furtive,
Morbidesse feinte ;
La brume frôle les hautes herbes,
Immobiles comme des ombres ;

Aporie salvatrice,
Célérité légère ;
Soleil éclaboussant l’opaque
De trainées empourprées ;

Goniomètre sournois
Cède à la nonchalance ;
Regard lavé,
Nasse brisée.

Bleu flou des flots

Bleu flou des flots,
Lointain vertige des avens ;
Au vent de rotor,
Espoir rivé à l’hiloire ;

Litote d’un jour blanc,
Séide aveugle ;
Désuète bataille
D’un stator austère ;

Gluante de sérosité,
Suinte la nostalgie,
Plumage carmin
Sur l’horizon fauve.

Bruisse l’ondée

Bruisse l’ondée,
Brume bleue,
Concert oublié
D’une inaccessible beauté ;

Apophatique phylum,
Acide tympanon,
Pentamètre iambique
Aux intemporels névés ;

Paradoxes muent
En syllogismes,
Bourrasques comminatoires
Aux appontements de l’oubli.

Illusion transitoire

Illusion transitoire ;
Quérulente prétérition
D’une languide narcose,
Dictature du marais ;

Résonne le diaclase
Dans les vallées de récurrence ;
Apocope du plaisir,
Dispersé aux vents de la nuit ;

Chaudron d’écume et de roche,
Pusillanimité apocryphe,
Scintillement d’aragonite
Dans une obscurité aveugle.

Spongieuses trémulations

Spongieuses trémulations,
Fatalistes pulsions d’irréel ;
Dédales de fissures,
Tyrannie du médiocre ;

Chuintement sur le gravier,
La ville désolée et atone
Sourde d’une épicanthique menace,
Lenteur incertaine du mouvement ;

Prophylactique bouffée de pensée,
Distinction parmi les ombres ;
Fébrile inaction,
Une aurore lasse macule le ciel.

Silence long comme le jour

Silence long comme le jour,
Solitude du toucher,
Blême univers
Se décompose dans la brume ;

Aquatique ombre,
Indéfinissable écume,
Bourre d’humanité
Sur l’alexithymie du souvenir ;

Froissement amorcé par la brise,
Effleurement de sampan
Sur la mutique Pangée,
Ce n’était qu’hier.

Sourire sanguinolent

Sourire sanguinolent
Balafre le visage
Impassible à jamais,
Parapet éberlué sur un vide abyssal ;

Purulente douleur
Dans l’interstice des silences,
Charisme du croquemitaine…
Amadou minaude,

Pudique audace,
Acerbe oubli,
Ahanante évaporation
Sur partition de célesta.

Mesure et chaos

Mesure et chaos,
Pulvérulente rodomontade,
Fuligineuse longanimité
En muets phylactères ;

Ellipse sans mystère
D’une trop longue nuit ;
Cumulus s’insinuent
Dans un ciel sans oiseau ;

Machiavélisme vibrionnant
Dans l’oblique lumière,
Fangeux cerveau
Ralingue dans le vent.

Fétide haleine

Fétide haleine
Du factotum,
D’une écume de fumée,
Embrume la herse ;

Coup de semonce
D’extrême obligeance,
Arbres têtards,
Blêmes cicatrices ;

Singulière villanelle
D’une aube chassieuse,
Ictère frissonnante
D’un printemps autophage.